CHSCT du 24 novembre 2015 La CGT dépose une motion

93

  • aucune réponse efficace n’a été apportée aux agressions dramatiques de 2 de nos collègues le 24 octobre 2014 à l’USP et à l’UHSA ; d’ailleurs plus de 200 déclarations de violence via ENNOV ont été signalées depuis cette date ; une violence qui tend à se banaliser au CPN puisque moins d’un agent sur sept victime de violence déclare un accident de travail,
  • les droits d’alerte à l’USP et les enquêtes du CHSCT, à Bonvol par exemple suite à l’agression d’une cadre de santé, se multiplient sans que la Direction ne semble prendre la mesure du problème, 
  • la fuite des médecins, les difficultés d’organisation médicale dans certains pôles, les projets médicaux et de soins mal définis ou irréalistes traduisent également le malaise dans la communauté médicale,
  • les conditions de travail sont de plus en plus dégradées et les agents totalement désorientés, démotivés et en perpétuel questionnement quant au sens du travail qui leur est prescrit,
  • l’usure professionnelle des salariés du CPN est clairement perceptible à travers les résultats du questionnaire RPS mais également à travers la souffrance et le turn-over chez les personnes ressources dans le domaine (médecin du travail, psychologue du travail,…),….
La CGT dénonce  le dialogue ou plutôt le monologue social en vigueur au CPN.
Les organisations syndicales se trouvent face à une Direction qui ne respecte plus ni les instances, ni les réunions ou autres groupes de travail qui se multiplient avec des ordres du jour incomplets voire absent s,  à des créneaux choisis parfois en fin de journée mais surtout dans le but d’occuper voire décourager les militants syndicaux.
Cette façon de faire est même saluée par l’ARS qui se félicite au vu du nombre de réunions annuelles de la « qualité » du dialogue social dans notre établissement… Un comble !
Pour la CGT, il est urgent que la Direction reconnaisse enfin la gravité de la situation et s’empare des propositions faites par les représentants des personnels.
Il est inacceptable que la Direction joue la montre et ne réagisse pas RAPIDEMENT devant des situations dramatiques avérées (ex : CMP Toul, Bonvol, NBH, Prisme, USP,…)
Il est inacceptable que la Direction ne respecte pas la loi (rappel des agents à domicile,  gel de la note et refus du maintien des RTT pour les femmes enceintes, …) et soit totalement hermétique à la volonté des agents du CPN partagée par le Président du Conseil Régional de maintenir l’IFCS sur le site de Laxou.
Il est inacceptable que la Direction joue un rôle ambigu sur l’implantation de cliniques privées de psychiatrie à Toul et à Thionville.
 
Devant ce manque de respect des professionnels et de leurs représentants, devant ce déni de la réalité du travail, la CGT appelle la Direction à un changement de cap salutaire.
La CGT du CPN appelle les autres organisations syndicales à appuyer nos revendications légitimes pour obtenir des moyens supplémentaires pour travailler mieux et préserver la santé des agents de notre établissement.
A défaut, la CGT du CPN sera contrainte à durcir le ton.