CHSCT du 2 février 2016 Le compte rendu de la CGT du CPN

66

1) l’offre de soins du G07
 
Pour la CGT, il est édifiant de faire une petite comparaison de l’offre de soins et notamment de la capacité en lits AVANT et APRES. 
Ainsi, avant l’intégration du G07 au CPN et avant ce nouveau projet médical, l’offre était la suivante :

  • 55 lits d’hospitalisation sur le CH de St Nicolas (19 + 1 chambre PSI sur l’unité 1, 21 + 1 chambre PSI sur l’Unité 2 et 15 lits à l’UPD pour les psychotiques déficitaires)
  • 1 CMP Adultes sur St Nicolas de Port
  • 1 CMP à Neuves-Maisons 
Au total, en 2014, le G07 comptabilisait 20 075 journées d’hospitalisation complète (à titre de comparaison, le CPN en comptabilisait tous secteurs adultes confondus, 96 001 journées en 2014 !)
 
Désormais, en 2016, l’offre de soins sera la suivante :
  • 15 lits en secteur fermé à l’Unité PHILIA à partager avec le Lunévillois (fusion de l’unité 3 avec l’unité sous-contrainte de St Nicolas de Port qui fermera en juin 2016)
  • 20 lits en SL restant sur St Nicolas de Port (mais en projet de fusion avec l’UPM car la certitude de pouvoir continuer à utiliser les locaux devient très incertaine à partir de 2017)
  • 1 projet d’Hôpital de Jour intensif 7 jours sur 7 (à bâtir)
  • le maintien des 2 CMP
  • 1 projet de SAAD ou 1 SAMSAH à vocation psy (en cours de réflexion), … 
La CGT ne s’est donc pas privée d’interpeller médecin et Direction à propos du sous-dimensionnement en lits de ce projet. Au regard des problèmes de surnuméraires récurrents sur les unités du NBH (et encore début février, un patient SL du G07 accueilli à l’Unité E en chambre d’isolement porte ouverte faute de lit), il y a vraiment de quoi s’inquiéter.
 
Pour la CGT, la Direction et le corps médical doivent absolument prendre en compte les difficultés qu’engendrent des projets (aussi ambitieux soient-ils) quand les moyens ne sont pas au rendez-vous.
Prôner le virage sur l’ambulatoire sans prendre en compte les remontées et appels à l’aide des équipes n’est guère responsable (pour reprendre les termes régulièrement martelés par notre directeur à l’encontre des réfractaires à tout changement !)
De plus, l’expérience du G06 doit tous nous interpeller : comment la Direction peut-elle d’un côté mettre en avant le renforcement de l’ambulatoire alors qu’on demande aux agents des CMP du G06 de déprogrammer leurs RDV et d’aller dépanner sur l’intra pour compenser le manque de personnel ?
  • La réponse de la Direction :
L’hôpital de jour intensif permettra de compenser en partie la baisse des lits.
Le développement de l’ambulatoire et des CATTP va remédier à ces problèmes de surnuméraire.
De plus, les cliniques privées de psychiatrie arrivent donc la capacité en lits se régulera !?
Sur l’exemple du G06, pas de réponse !
 
2) les ressources humaines du G07
 
La CGT déplore la mauvaise habitude prise par la Direction de ne pas communiquer davantage sur le volet des personnels.
Ainsi, nous demandons :
  • combien d’ETP comptabilisaient le G07 avant son intégration sur le CPN ?
  • comment les agents « en surnombre » du fait de l’application du ratio ETP/lit et de la fermeture de lits seront-ils  accompagnés à la mobilité ?
  • quelles conséquences sur leurs salaires, sur leur avancement et sur la prime du fait du changement d’établissement ?
  • quelles formations pourront être dispensées ?
  • le réajustement à la hausse de certains postes, par exemple les secrétariats (demande commune avec la CFDT) qui nous paraissent sous-dimensionnés
 
  • La réponse de la Direction :
Il n’y aurait eu aucune disparition de postes à l’occasion de l’intégration du G07 sur le CPN. Les ratios ETP/lit seraient même passés de 0,8 à 1 … !?
Les agents « en surnombre » seront (ou ont été) tous reçus : ils se verront proposés une affectation sur les postes vacants au CPN ou seront placés provisoirement en renfort au pool de suppléance.
Le budget de la formation a quant à lui été revu en conséquence.
  
Pour conclure, la CGT a tenu à réaffirmer qu’elle n’est pas opposée au développement de l’ambulatoire mais force est de constater qu’aujourd’hui, cela ne marche pas si bien que ça et qu’il serait peut-être judicieux de faire un break pour réfléchir à des actions correctrices plutôt que de se jeter tête en avant dans l’inconnu en espérant ainsi être bien vu du tout puissant Directeur de l’ARS Lorraine.
 
Ces changements multiples fragilisent nos collègues, nous voyons cette souffrance et la vivons nous-aussi dans les services.
La Direction doit mesurer que ces changements brutaux impactent les collectifs de travail, la manière de prendre en charge, le sens donné au travail et sont de fait sources d’aggravation des risques psychosociaux.
 
Question complémentaire
 
La fermeture du Centre d’Activités Arc-en-Ciel :
 
La CGT a interpellé la Direction pour demander des comptes sur le projet de fermeture du C.A. annoncé brutalement par le Professeur SCHWAN à une équipe médusée !
Ce projet aurait reçu l’aval du Directeur et se justifierait par la volonté de mettre en place un hôpital de jour intensif de 20 places, ouvert 7 jours sur 7 à compter du 1er septembre 2016 !
 
La CGT a tenu à rappeler à la Direction que sur la forme, il serait souhaitable que le Directoire explique au chef de pôle du Grand NANCY qu’une telle annonce ne peut se faire sans prendre a minima des gants et que lorsque la Direction parle de prévention des RPS, il serait intéressant de former ses managers !
 
Sur le fond, ce projet est incompréhensible.
Le CA s’occupe actuellement de plus de 80 patients et présente une réelle alternative à l’hospitalisation : que vont devenir ces patients ?
Les professionnels quant à eux ont une expérience spécifique acquise par le biais de formations dédiées à ce type de prise en charge : comment peut-on balayer ceci d’un revers de la main et émettre l’idée de renvoyer les « réfractaires » vers d’autres unités du CPN ?
La CFDT a rappelé qu’à l’origine, un projet d’hôpital de jour intensif était prévu au sein du futur CMP Vandoeuvre dans les grands locaux de l’ex-MGEN.
D’autre part, il semblerait que tout soit déjà arrêté puisque les médecins des CMP du Grand Nancy auraient reçu l’ordre de ne plus envoyer de patients vers le C.A. 
  • Réponse de la Direction :
Une réunion avec le DSO est prévue au C.A. le 4 février.
Une conduite de projet sera nécessaire pour préparer ce changement !?
La condamnation des 3 organisations syndicales sera remontée au Directeur.