Centre Hospitalier Ravenel Mise à mort programmée

183

Voici les 4 scenarii envisagés :

1 / Fermeture d’une unité de la USPP + Fermeture d’une unité d’admission.

2 /Fermeture d’une unité de la USPP + suppression de l’UIAO + mutualisation de l’ensemble des unités de jour du CH.

3 /Fermeture d’une unité de la USPP + suppression de toutes les unités de jour du CH.

4 /Fermeture d’une unité de la USPP + suppression d’une unité d’admission +suppression de l’UIAO.

Dans cette hypothèse numéro 4, resterait à terme 4 unités d’admission et 1 unité de soins psychiatriques prolongés soit 125 lits d’hospitalisation de psychiatrie active adultes (Esquirol 2 et Symphonia devenant MAS PSY à moyen terme en basculant du sanitaire vers le médico-social)

Pour rappel, actuellement ; le CH dispose de 10 unités de psychiatrie adultes sur le site de Ravenel (Colisée, Apollinaire, Chopin, Artaud, Baudelaire, Ariane, Prévert, Esquirol 2, Symphonia et UIAO) soit 216 lits !!

Tout ceci est scandaleux et affligeant !! Si ce n’est pas un enterrement, ca y ressemble !

De Décembre 2012 à Décembre 2015 ; 67,30 ETP ont été déjà perdus sur Ravenel!

Parmi ces 4 propositions ; 2 puis 1 hypothèse sera retenue par le COPIL adaptation offre de soins avant d’être présentée aux seules instances de l’établissement en Juin 2017 !

Quid des personnels ?!

Aucune de ces propositions ne peut nous satisfaire à la CGT surtout que ce virage vers l’ambulatoire s’accompagne d’une restructuration des unités extrahospitalières (avec par exemple seulement 4 CMP et 4 HJ conservés !)

Quid des antennes et autres structures extrahospitalières existantes !

Le plus invraisemblable est que chaque pôle, à travers les trios de pôle ; a lui-même fait des propositions à la direction ; qui ont conduit à la disparition et la suppression pure et simple de 5,5 ETP soit 282 000 euros d’économies ! Ou comment scier la branche sur laquelle on est assis !

L’accent va donc être mis sur la réhabilitation, l’ouverture de lits dédiés à la psychiatrie dans les 4 hôpitaux généraux ; l’augmentation de 8 ETP pour la Psychiatrie d’Urgence et de Liaison (PUL) avec ouverture jusqu’à 20 heures dans les 4 CHG vosgiens ; le partenariat et…la télé- psychiatrie !!!

Toutes ces scenarii entraineront pour la CGT :

– Suppression de plusieurs dizaines d’ETP soignants avec perte d’emplois.

– Déplacement et mobilité forcée de personnel vers les principales localités des Vosges.

– Impact sur les effectifs périphériques de l’hôpital (technique, administratif, logistique, transport, achats, etc…)

– Suppression de dizaines de lits d’hospitalisation temps plein alors que depuis plusieurs années le CH manque cruellement de lits (unités surchargées avec utilisation du 26ème lit)

– Dégradations des conditions de travail.

Nous réaffirmons que la psychiatrie a besoin de moyens humains pour soigner dignement.

Une fois de plus, ceux qui vont être victimes de ces mesures, uniquement guidées par l’économie ; seront les salariés et in fine les patients et résidents.

Cette direction joue sur la crainte et la peur pour faire accepter des coupes sombres parmi le personnel.

TOUS ENSEMBLE, refusons ce qui nous est présenté comme inéluctable….cette logique financière risque de faire disparaitre le secteur de la psychiatrie, alors même que la file active au niveau du département augmente sans cesse et que le malaise sociétal lié à la crise voit se multiplier les tentatives de suicide, les burn-out et autres dépressions parmi les salariés.

La prochaine étape sera-t-elle la suppression des 125 lits restants ?

Pour la CGT, la réponse est NON.