Casse de la psy publique La CGT interpelle la communauté médicale

153

Laxou, le 29 mai 2018

Docteur,
 
De longue date, la CGT se bat contre la destruction de la psychiatrie publique et a rejoint récemment la convergence nationale des hôpitaux en lutte en se positionnant clairement pour défendre nos valeurs.
Comme vous le savez aussi, nous nous sommes très rapidement mobilisés dès 2014 contre le projet de clinique privée de psychiatrie qui entre aujourd’hui dans une phase concrète depuis le dépôt en mairie de Toul du permis de construire.
Régulièrement, nous intervenons en CTE ou lors de rencontres avec l’ARS dans le cadre de préavis de grève, pour nous insurger contre les péréquations (ou débasages) appliquées au budget du CPN.
 
A l’image de ce qui se pratique partout en France, la CGT ne peut détourner le regard devant la mise à marche forcée de nos hôpitaux  dans un modèle de soins où seule la rentabilité prime !
En dépit de tous les efforts fournis par les agents dans des conditions de travail de plus en plus dégradées, rien ne trouve grâce aux yeux de l’ARS qui nous met sciemment en situation de déficit budgétaire et tente ainsi de nous placer à plus ou moins long terme sous la tutelle du CHRU de NANCY
Le Directeur a même confirmé lors de la CME du 12 avril dernier que ces restrictions budgétaires signifient de fait l’arrêt de tout investissement et la mise en place d’un plan d’économies.
 
Face à cela, le CPN s’adapte en ne remplaçant pas certains départs de professionnels mais surtout en fermant des structures et des lits d’hospitalisation.
Nous sommes clairement dans un modèle non-viable puisqu’à ce jour, l’ARS rémunère l’hôpital davantage pour un lit que pour un suivi en ambulatoire. Plus le CPN ferme de lits, moins on lui verse de budget !!!
Cette résignation ou cette adaptabilité est pour nous incompréhensible surtout dans les rangs des médecins.
A part, le Professeur KAHN qui a signé la Tribune parue dans le Journal Le Monde, force est de constater qu’aucune réaction ou position commune ne se fait jour pour dénoncer cette casse de notre hôpital. Pourtant, chez nos voisins (ex : CHS de Jury-les-Metz) la CME par l’intermédiaire de son Président, le Dr SCHMITT, s’est ouvertement prononcée contre les coups de rabot pratiquée par l’ARS en signant un courrier en date du 15 janvier 2018.
 
La CGT du CPN vous demande donc officiellement un positionnement de la communauté médicale et se tient disponible pour échanger avec vous au cours d’une table ronde.
 
Dans l’attente de vous lire,  veuillez agréer, Docteur, l’expression de nos salutations respectueuses.

                                                                                                          Pour le bureau, le secrétaire,
 
 
                                                                                                          Emmanuel FLACHAT