AUCUN INTERET A L’INTERESSEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE

116

Aujourd’hui, dans le cadre des accords de février 2008 de la Fonction Publique (non signés par la CGT, FO, Solidaires et la FSU), le gouvernement qui refuse toujours de répondre aux revendications des agents en terme de revalorisations indiciaires, ouvre des négociations sur la mise en place d’un intéressement.
 
Le montant de cette prime serait fonction du nombre de bénéficiaires, le maximum pouvant être de 4 à 500 €/an pour une partie des équipes.
Elle devra être mise en place à budget constant, ce qui pose le problème du financement : suppression d’emplois ? suppression d’autres primes ?, ….
 
La CGT rappelle que ce nouveau mécanisme n’est pas conforme à l’intérêt général qui doit présider à l’exercice des missions de service public.
Le gouvernement cherche une nouvelle fois à mettre en concurrence les agents, mettant ainsi en péril l’esprit d’équipe.
De plus, ce projet représente un pas supplémentaire vers la transformation de la fonction publique en logique dérivant du privé : ce ne serait plus l’intérêt général qui guiderait l’action des personnels mais la loi du profit et de la rentabilité.
 
Pour la CGT, les agents doivent être rémunérés sur la base d’un salaire de base plus ambitieux que celui que nous connaissons actuellement mais ce n’est pas en proposant une « mesurette » inéquitable que la situation va s’améliorer.
 
Durant l’année 2008 ; des effets d’annonce faisaient eux aussi miroiter aux personnels quelques augmentations salariales : Garantie Individuelle du Pouvoir d’Achat, indemnisation des comptes épargne temps, ….
Force est de constater que le compte n’y est pas et que la revalorisation du point d’indice reste un combat à mener.
 
Avec la CGT, dîtes STOP à la mise en concurrence entre les agents et exigeons ensemble de réelles augmentations salariales !