9 juin 2016 Retour sur la manifestation et la rencontre à l’ARS

95


L’inquiétude des personnels de ces établissements est profonde.
Avoir à gérer une nouvelle détérioration de la qualité et de l’offre des soins dans tous les secteurs n’est pas acceptable.
Tous les secteurs vont être amalgamés, aboutissant à une médecine purement « générique et comptable », ne prenant plus en compte les spécificités comme la psychiatrie qui serait regroupée avec d’autres établissements sanitaires. L’inquiétude est marquée sur le devenir de l’Action Sociale et sur les difficultés qui vont surgir avec l’intégration d’établissements de santé privés.

Les représentants ont été reçus par l’ARS pour exprimer leur opposition à la mise en oeuvre des regroupements prévus pour début juillet.
 
Pour le CPN, la CGT a fait savoir qu’elle tenait l’ARS pour entière responsable de la dégradation des conditions de travail subies ces dernières années.
Le choix a été fait sciemment par le Directeur de l’ARS de ne pas permettre aux établissements psychiatriques de bénéficier d’une dérogation. Pire, des « menaces » à peine voilées ont été faites aux établissements qui s’isoleraient avec comme épée de Damoclès au-dessus de leur tête le risque de voir leur budget sérieusement amoindri (débasage)
La CGT du CPN en a profité pour remettre les pétitions signées par 400 agents qui demandent à nos côtés une dérogation à l’adhésion au GHT.
Les instances représentatives des personnels ne sont pas associées à quoi que ce soit et il va falloir attendre le CTE du 21 juin pour qu’un vote soit demandé alors que le dossier de constitution du GHT aura été remis à l’ARS le 20 juin (date butoir)
Ces dernières années, le CPN a été marié de force à St Nicolas et à Ravenel.
L’ARS nous a imposé d’intégrer 2 secteurs de psy (G06 et G07).
Dans quel but et avec quelles conséquences ? Toujours la même : mutualisation, fermeture de lits, suppressions de postes !
En comparant avant et après, ce sont presque 100 lits qui ont été supprimés au CPN ces 3 dernières années. Les personnels trinquent. Les restructurations d’unités s’accélèrent et de nombreux professionnels sont en attente d’affectation pour les plus solides, en maladie pour les autres.
La mutualisation des services administratifs et logistiques, des pharmacies, des archives, des services informatiques : tout est programmé !
Les techniques de l’ARS n’ont eu pour objectif que de préparer à la mise en place du GHT.
Ce n’est pas le nouvel organigramme de Direction CPN / Ravenel qui nous rassurera puisqu’il crée des pôles inter-établissements !
La mobilité des agents suivra … !
Tout est prêt et même les cliniques privées de Toul et de Moselle ont reçu la bénédiction de l’ARS !
 
L’ARS a comme seule réponse de nous expliquer que ces restructurations se font pour le patient dans un objectif de densification et de sécurisation des soins !!!
 
Pour la CGT, seule une mise à plat, dans le cadre d’un débat citoyen et démocratique, de toutes les dernières réformes sanitaires, sociales et médico-sociales, permettra de mettre fin à cette destruction engagée depuis des années, avec pour seul objectif la réduction des moyens en dehors de toute prise en compte des besoins des populations et des personnels, en première ligne de la prise en charge.
La qualité des soins et de la prise en charge des patients et des usagers n’existe pas dans le discours comptable du gouvernement.
Le gouvernement ne cherche qu’à atteindre son objectif d’économies de 3 milliards d’euros (suppression de 16 000 lits et 22 000 postes)