1er mai 2015 Non à l’austérité et à la loi Santé

112

NON à l’hôstérité ! (= austérité à l’hôpital)
 
La décision ministérielle est de réduire la masse salariale des établissements de 860 millions d′euros, ce qui équivaut à la suppression de 22 000 emplois, c’est à dire 2 % des effectifs de la Fonction publique hospitalière…
Il s’agit d’une poursuite accélérée de la dégradation de la prise en charge de qualité des patients, à travers une attaque des droits et des conditions de travail des hospitalier-e-s et de l’emploi.
Ces mesures viennent ainsi renforcer les plans d’économies hospitaliers déjà bien engagés, qui mettent à mal le système hospitalier public et les fondements de la Sécurité Sociale, au profit des grands groupes financiers privés. Ceux-là même à qui le gouvernement a offert le Crédit d’Impôt pour la Compétitivité et l’Emploi (CICE), et plus récemment la loi Macron en utilisant l’article 49.3 pour mieux rémunérer leurs actionnaires et pas leurs salarié- e-s ! Il est impensable de boursicoter sur l’argent de la Sécurité Sociale et sur la santé des usagers et des salarié-e-s.

NON à la loi santé !
 
Alors que les patient-e-s connaissent des difficultés d’accès aux soins en France, le débat sur le projet de la Loi de Santé est occulté depuis plusieurs mois par le mouvement des professionnels de santé libéraux, centrés pour l’essentiel sur le refus du tiers payant généralisé.
Les ARS reconnaissent les difficultés de prise en charge médicale et médico-sociale du fait d’une précarité qui augmente. La fermeture d’hôpitaux locaux, de maternités, de services… remettent en question l’accès aux soins. Les grands hôpitaux asphyxiés par l’afflux de patient-e-s ne sont plus en capacité de remplir leurs missions. La réforme territoriale qui s’ajoute à celles de la décentralisation mettent à mal le financement des établissements médico-sociaux.

La CGT dénonce la loi santé, qui, dans la suite de la loi HPST :  
– Renforce le pouvoir des Agences Régionales de Santé sans une véritable démocratie des usagers et des professionnel-le-s,
– Ne remet pas en cause la tarification à l’activité (T2A), mettant en péril les budgets des hôpitaux, et qui doit être étendue à la psychiatrie, les soins de suite et de réadaptation en 2016,
– Impose des groupements hospitaliers de territoire, décidés par les ARS, qui conduiront à des mutualisations imposées, à la fermeture de services considérés comme doublons, et permettront au secteur privé lucratif d’étendre ses prérogatives. C’est une aggravation des déserts médicaux, sans réponse aux véritables besoins de santé,
– Ne résout pas les problèmes de démographie des personnels de santé et de reconnaissance des qualifications des personnels paramédicaux et médico-sociaux,
– Ne permet pas à toutes et à tous un accès aux soins de qualité : pas de suppression des franchises, des dépassements d’honoraires, des restes à charge.

La CGT appelle à manifester le 1er Mai 2015 à Nancy
Rassemblement place Dombasle 10h00
Départ de la manifestation à 10h30


Le parcours de la manifestation sera le suivant :
 
Départ :
– Place Dombasle
– Rue Henry Poincaré           
– Rue Chanzy           
– Rue Léopold Lallement           
– Rue du grand rabbin Haguenauer           
– Rue Cyfflé           
– Rue des 4 églises           
– Rue Charles III           
– Rue St Dizier           
– Rue St Georges pour 200 m           
– Place Driant (fin de la manif)