Réorganisation du PGN La CGT écrit au Directeur

79

La CGT réaffirme que si elle ne s'oppose pas à la réflexion médicale sur le développement de l'ambulatoire (équipes mobiles, convention avec les maisons de santé), elle ne peut voir d'un bon œil la disparition du dernier CMP du centre-ville nancéien.
 
Les arguments donnés par la Direction selon lesquels la structure du CMP Médreville ne serait plus aux normes d'accessibilité et la possibilité pour les patients de profiter du réseau de transport pour se rendre dorénavant aux CMP Essey ou Vandoeuvre (ex-MGEN) sont pour nous non-pertinents.
 
Non-pertinent car le CPN, excédentaire encore cette année et avec un taux d'endettement de 11 %, a largement la capacité financière pour réaliser les travaux nécessaires et conserver Médreville.
Non-pertinent car au vu des échanges avec les professionnels de Médreville et de l'expérience vécue lors de la fermeture du CMP Foch, la crainte est grande de déstabiliser les patients dans le cadre du transfert envisagé et d'en « perdre » en route, ce qui serait très préjudiciable en termes de parcours de soins.

 
Lors du CTE du 25 avril 2017, vous avez rejeté notre proposition de financer les travaux mais accepté de nous transmettre le montant estimé des travaux de mise en conformité accessibilité bâtiments réalisés vers 2012-2013.
Au vu des projets à venir de fermeture d'autres CMP pour les mêmes motifs (CMP Toul G06, CMP Riolles, …), la CGT du CPN réitère sa demande de communication des devis établis en leur temps par la Direction des services économiques et des travaux.

 
L'avenir des personnels du CMP Médreville dans le cadre de ce projet de réorganisation s'avère très flou.
Nous avons perçu de grandes inquiétudes chez les agents qui s'interrogent à juste titre sur leurs futures affectations, sur les modalités de re-postulation, ….pour le cas où ce projet devrait être mené à terme :

  • le nombre d'agents avant / après cette réorganisation restera-t-il le même ?,
  • y aura-t-il des avis vacance de postes ouverts à tous les agents du CPN ?
  • les agents seront-ils tous repris sur des postes soit à Essey, soit à Vandoeuvre, soit équipes mobiles ou dans les maisons de santé ?
  • le fait de ne pas avoir accompli certaines formations spécifiques (thérapie familiale, TCC, …) ne sera-t-il pas un frein à la réaffectation des agents dans le cadre du nouveau projet ?
  
Concernant la fermeture de lits SL sur l'établissement (fermeture de l’Unité E), la CGT est là encore très perplexe et vous demande un moratoire sur la réduction capacitaire d’hospitalisation au sein de l’établissement.
 
En effet, à de nombreuses reprises, nous avons pu vous alerter sur des dysfonctionnements remontés régulièrement par les agents via ENNOV et liés à des manques de lits. La décision que vous avez prise de réarmer des lits (ex :2 à l’Unité B et 4 sur l’Unité C) est selon nous révélatrice du manque de lits sur le CPN.
Trop souvent, par exemple, l’UAUP est en attente de lits SL pour hospitaliser des patients alors comment justifier cette fermeture de 15 lits SL ?
 
Sur le plan « humanisation de la psychiatrie », comment comprendre la transformation de lits SL en lits sous contrainte ?
Ce renfermement asilaire, ce repli vers l’enfermement, nous choque au plus haut point et semble bien éloigné des orientations nationales voire du CPOM.

 
Là encore, comment les professionnels de l’Unité E vont-ils être accompagnés dans cette nouvelle réorganisation ?
La CGT vous demande plus d’information quant à l’obligation pour les agents de repostuler sur le nouveau projet, sur les critères qui seront retenus pour constituer la nouvelle équipe parallèlement au nouveau projet Unité A, sur les perspectives qui s’offrent à eux (nombre de postes vacants / service, formations, …)
 
Le chamboulement des organisations de travail ces dernières années sur le PGN (fermeture du CA Arc-en-Ciel, remise en cause de l’équipe de l’USP Centre Pénitentiaire de Maxéville, refonte de l’Atelier Delta, ;…) n’a pas été sans conséquence pour les agents.
En notre qualité de représentants des personnels, nous ressentons à chaque permanence syndicale, à chaque visite de service, cette souffrance et ce grand désarroi.
Cette énième réorganisation ne doit pas happer nos collègues dans la spirale des risques psychosociaux et son cortège d’effets indésirables (burn-out, dépressions, arrêts-maladie, conduites addictives, …)
Nous vous rappelons une nouvelle fois votre responsabilité et votre obligation de protéger la santé physique et mentale des agents en votre qualité de chef d’établissement.
A travers ce courrier et au vu des précédentes déclarations des différents  partenaires sociaux, nous estimons que les positions face à cette réorganisation du PGN sont maintenant clarifiées.
Pour notre part, nous saurons prendre nos responsabilités.
La CGT vous a demandé la réunion d’un CHSCT extraordinaire dédié à la réorganisation du Pôle du Grand NANCY. La date retenue est le 7 juin 2017.
Nous espérons que notre courrier attire votre attention et que nous obtiendrons des éléments d’éclaircissement avant la date de l’instance.

 
Dans l’attente de vos réponses, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Directeur, l’expression de nos salutations respectueuses.
 
                                                                                                                      Pour le bureau de la CGT
                                                                                                                      Le secrétaire
                                                                                                                      Emmanuel FLACHAT
 
 
Copie : ARS – Mme SILVESTRI (Présidente du CS)