HALTE A LA VIOLENCE

113

« Mais qu’est-ce qu’on peut y faire ? »
Il est urgent que les mécanismes générateurs de violences institutionnelles soient identifiés :
          organisation du travail incohérente
          management de plus en plus brutal
          formatage des agents
          contradiction permanente dans la mise en place des COVIRIS, CREX, traçabilité, protocoles
          manque de personnel, effectifs à flux tendu
          absentéisme chronique
          rationalisation des soins
          perte du sens des missions
 
Faire preuve de capacité à mettre en place une organisation harmonieuse cohérente et qui donne du sens au travail induit une démarche volontaire et solidaire de la part des acteurs responsables du CPN.
 
« Ne pas accepter la violence »
          quand l’équipe pluridisciplinaire manque de moyens humains et matériels
          quand les places sont limitées dans les Unités pour Malades Difficiles
          quand le laxisme et le déni sont une pratique de management
          quand iln’y a pas de réponse
 
Alors l’angoisse envahit le trouble psychiatrique et la violence s’impose comme seule réponse à la souffrance.
 
Le personnel soignant ne se satisfait pas de cette situation qui engendre souffrance et violence.
 
Devant les difficultés rencontrées par le personnel soignant et à sa demande,
la CGT sollicite une entrevue avec l’ARS .
 
C’est à partir d’une réflexion commune que nous déciderons ensemble les actions à mener pour nous faire entendre.