CATEGORIE C : DES COMPETENCES A VALORISER

78

          faire assumer à des agents de catégorie C des rôles d’encadrement et ce sans compensation financière,
          semer la confusion en recrutant des adjoints administratifs (catégorie C) à la place des assistantes médico-administratives (ex-secrétaires médicales – catégorie B),
          transférer des missions d’adjoints des cadres (catégorie B) à des adjoints administratifs ou de techniciens supérieurs hospitaliers (catégorie B) à des agents de maîtrise (catégorie C)
         
 
Les statuts présentent pourtant une toute autre lecture pour nos collègues : la catégorie C est, sans être péjoratif, une catégorie dite de « personnel d’exécution »
La Direction sait cependant jouer de la corde sensible en promettant à certains qui s’engageraient dans cette voie, une « formation sur le tas » leur permettant plus tard une évolution professionnelle vers le grade tant convoité.
La CGT est plus méfiante et préfère rappeler que les perspectives d’avancement sont quasi-inexistantes : peu de postes ouverts aux concours, peu de nomination au choix, pas de prime reconnaissant l’investissement des agents, …
 
Autre moyen utilisé et lui aussi dénoncé par la CGT, le répertoire des métiers de la fonction publique.
Aujourd’hui, chaque agent exerce un métier qui peut être rattaché à différents grades, ce qui sème encore plus la confusion en perspective d’avancement ou de recrutement.
Par exemple : le métier de mandataire judiciaire (ex-gérant de tutelles) peut être rattaché à des grades allant de la catégorie C (adjoint administratif) à la catégorie A (attaché d’administration)
Qui pensez-vous qu’un employeur va privilégier à compétences égales ?
 
Au niveau du Conseil Supérieur de la Fonction Publique Hospitalière, la CGT a rappelé à notre ministre qu’il était urgent de revoir les grilles de la catégorie C, seul moyen de reconnaissance tangible pour les agents, et de faire en sorte d’ouvrir rapidement des passerelles vers la catégorie B.
De plus, la référence doit rester le statut de la fonction publique : ouvrir la porte à la Gestion Prévisionnelle des Métiers et des Compétences dans un contexte de restriction budgétaire ne peut qu’aboutir aux dérives constatées.
 
OUI à une reconnaissance qui passe par une revalorisation de nos grilles indiciaires !
NON à une pseudo-reconnaissance institutionnelle basée en grande partie sur le glissement de tâches !
 
La CGT continuera à le dénoncer et à défendre vos droits !