CAPL du 9 mars 2021 La CGT offensive pour défendre nos collègues

142

Madame la Présidente des CAPL,
Mesdames, Messieurs les membres des CAPL,
 
Par cette motion, la CGT du CPN alerte sur l’état physique et psychologique des personnels du Centre Psychothérapique de Nancy
Ces derniers, hier encore considérés comme des héros de la Nation, se voient aujourd’hui toujours aussi méprisés, déconsidérés. Ces soldats de la santé applaudis aux fenêtres sont amers car presque aucun changement dans la gestion humaine et financière ne s’est réalisé
 
Les conséquences sont inquiétantes :
– les départs de soignants pour d’autres horizons se multiplient accentuant les carences en personnel.
– les difficultés dans le recrutement s’accumulent, les jeunes professionnels préférant se diriger ailleurs dès la fin de leurs études ou après quelques mois de travail.
– les demandes de ruptures conventionnelles augmentent.
 
Ces signaux démontrent à quel point le personnel hospitalier souffre et ne croit plus en son travail.
De nombreux collègues poussent la porte de notre syndicat pour exprimer leur malaise face à ce qu’on leur fait vivre dans leurs services. Sur le CPN, la crise COVID ne semble pas avoir réveillée les consciences tant les pratiques managériales tentent de privilégier encore davantage l’activité et la rentabilité au détriment du soin.
 
Cela reflète bien la politique actuelle de destruction du service public hospitalier au profit du privé. La CGT lutte sans relâche contre ces fléaux qui sont appliqués au CPN et se mobilise pour rendre à l’hôpital sa mission première qui est de soigner et de prendre en charge humainement chaque usager.
 
C’est uniquement par le personnel, héros d’hier, d’aujourd’hui et de demain que cela sera possible !
 
C’est pourquoi la CGT du CPN revendique ce jour :

  • Une augmentation de 0.5 point pour chaque agent du CPN,

  • Une stagiairisation immédiate de tous les nouveaux professionnels,

  • Une possibilité de subventionnement des étudiants infirmiers en 3ème année d’étude pour un engagement à servir de 3 ans au CPN,

  • Une prime à l’embauche comme dans certains établissements

  • Un arrêt immédiat des pratiques managériales autoritaires, culpabilisantes qui entrainent de la maltraitance au travail et de la souffrance chez nos collègues.

                                                                  Les représentants CGT au CAPL